J’ai enfin testé Cobra Space Adventure le Jeu de Rôle

Il était temps, j’ai raté les parties officielles à Octogones 4 mais grâce à l’irréductible table de Madeclaid et Bobalsteph, j’ai enfin pu tester Cobra Space Adventure le Jeu de Rôle.

Cobra jdr

J’adore! C’est simple, pulp, et diablement efficace.
Seulement 2d6, une table de jets en opposition, des effets de style et tout l’univers de Cobra.
Assez déshumanisé, on y joue toutes sortes de créatures avec un naturel déconcertant. Il est vrai que se plonger dans cet univers est plus facile si l’on a suivi la série animée (Bien sûr je suis fan!).

La création de la fiche de personnage est aussi très simplifiée, choisir une race, repartir des points de 1 à 5 dans caractéristiques, choisir 1 à 3 professions avec une spécialisation, 2 effets de styles puis combler les 2 – 3 trous qui manquent et c’est parti pour l’aventure.

Kant incarne un polymorphe voleur

metamorph

et Madeclaid une bombasse aussi manipulatrice que dangereusement charmante.

sniper cobra
Pour ma part, j’ai choisi un robot au charisme d’une boîte de conserve rouillée à la fois pirate de l’espace et astromecanicien.

Culbutor le robot
Son physique avantageux et séduisant de culbuto ( l’espèce jouet en forme de barbapapa rigide qui se remet droit tout seul en oscillant quand on le couche) lui a valu le nom de Culbutor (zéro en gueule, y a pas pkus moche). Avec soit un flingue a la ceinture.
L’aventure est tirée du livre de règles (désolé du spoil).

Invités par le père d’une vielle amie, nous sommes reçus sur terre dans un majestueux château médiéval japonais flottant dans les nuages au dessus de New York.

Notre amie est atteinte d’une rare maladie réputée incurable, mais une dernière chance subsiste retrouver 200 grammes d’une ancienne puissante drogue aujourd’hui disparue. Et c’est pour cela que nous sommes là. Nous devons rencontrer Mado la célèbre oracle cachée dans une forteresse mouvante dont les talents mystiques pourraient nous guider. Notre influent hôte nous a négocié un rendez vous avec elle. Nous nous voyons alors confier un petit vaisseau que nous aurons le droit de conserver si notre mission est un succès.

Grâce à nos talents innés de navigateurs (pilotage automatique), nous arrivons au repaire de Mado. Kant nous fait sa crise existentielle d’indépendance mais nous le forçons à continuer.

Mado entourée de délicieuses créatures et de drogues tout aussi merveilleuses nous révèle le lieu où trouver la fameuse drogue. C’est en fait un minerai très rare anciennement exploité sur la planète xx

Nous partons donc pour la planète minière xx . C’est une ville façon western appauvrie depuis l’arrêt des extractions de minerais.

L’atterrissage est censé se faire en manuel. Madeclaid nous fumble magistralement un double six et nous nous crashons lamentablement notre vaisseau dans la tour de contrôle détruisant la moitié du Spatioport.

Tout notre salaire (les dsp) sert au dédommagement dudit Spatioport.

Il nous restera alors de gros frais de réparation pour remettre en état notre vaisseau et pouvoir repartir.

Louant un véhicule avec nos deniers personnels, nous nous rendons dans la ville minière afin d’enquêter.

Dans le seul saloon de la ville nous apprenons que depuis des années personnes n’est jamais revenus des mines.

Nous nous équipons ensuite en tenue de mineurs occasion pendant laquelle Kant nous fait faux bond.

Un homme canard se propose ensuite comme guide et nous conduit vers une jeune femme possesseur d’une foreuse.
Je la convainc de nous la prêter mais pour les plans de la mine et les codes d’accès à la foreuse, il nous faut récupérer un vieux robot à la décharge.
Claquant nos derniers sous, nous rachetons l’épave et mes talents de dépanneurs font le reste.

Nous voilà alors partis pour les mines.

Perçant des tunnels, nous sommes ensuite forcés de continuer à pieds.

Dans les larges couloirs creusés survient un gigantesque robot insecte, programmé pour éradiquer tout visiteur indésirable.

Dans une scène dignement pulp version fumble, un double 6 me prive définitivement de mon arme m’exposant aux impacts des tirs nourris des canons des vaisseau de l’insecte robot.

Une charge héroïque conjointe à un tir de sniper réussi de notre belle poupée mettent hors d’état de nuire le gardien des tunnels.

Continuant notre périple nous esquivons plusieurs de ces créature mécaniques pour atteindre enfin le cœur de la mine.

Surplombant la carrière, nous apercevons un scientifique encadré de plusieurs Zombos (méchants pirates pour les incultes ^^) et quelques insectes extrayant et raffinant la drogue.

Malgré une préparation d’assaut sans faille, un autre double 6 envoie votre cher Culbutor, rouler bruyamment au pieds des Zombos qui commence joyeusement à me canarder.

La riposte est heureusement efficace, avec l’aide du scientifique, je désactive temporairement ces engin de mort qui avaient pris pour cible le reste de l’équipes et ensemble récoltons 1kg de minerai.

Nous quittons alors au plus vite ces dangereuses mines et troquons contre le surplus de minerai les pièces manquantes à la réparation du vaisseau.

Kant ce soir avait son  » quart d’heure colonial » et avait passé le temps de temps du scénario  a revenir au Spacioport et à saboter notre vaisseau. Polymorphe, il a ensuite joué les doppleganger et à fini par prendre la place du scientifique une fois le vaisseau réparé.

Nous rentrons triomphalement apporter le remède à notre amie et somme grassement récompensé. Le polymorphe de Kant s’invite à la récompense mais je l’assomme. Il repartira une main devant et une main derrière.

C’était une expérience des plus agréables et je me suis régalé. Vivre dans l’univers de Cobra, j’en ai toujours rêvé et Pulp fever l’as fait.

Les succès et réussites critiques sont très fréquentes et imposent leur coté pulp aux scénarii, donnant à chaque instant des situation des plus cocasses et j’adore ça.

Si vous cherchez un jeu pépère, sans action ni rebondissements, passez votre chemin. Avec Cobra Space Adventure tout peut dégénérer ou s’arranger pour le mieux à chaque instants.

image

Bilan une super soirée, et le constat d’un jeu de rôle fait avec autant d’amour et d’efficacité que de douce nostalgie. Un must indispensable!

Catégories : jeux de rôles, Mes parties de Jeux de Rôles, Uncategorized | Tags: , , , , | 15 Commentaires

Navigation des articles

15 réflexions sur “J’ai enfin testé Cobra Space Adventure le Jeu de Rôle

  1. Ashraam13

    Ca m’a l’air bien sympathique, en effet!
    Je testerai bien ça un de ces 4!

  2. On s’en fait une partie à OctoGônes 5 ?

  3. Vous pouvez également venir tester Space Adventure Cobra à la convention des Griffons fin février en Gironde à Pessac, en plus vous pourrez y voir Laurent en chair et os🙂 ( Renseignements sur lesgriffons (point) org )

  4. merci pour le compte-rendu! C’est évidemment un précieux qu’il me faut acquérir, par ta faute désormais!

    • J’aimerais bien l’avoir aussi. ..
      Peut être que si le blog KLR continue de prendre de l’importance il passera systématiquement en service de presse et je recevrais les livres dans ma boîte aux lettres pour les tester :p
      Je vais demander un service de presse au Père Noël cette année ^^

      • ah le bonheur, on t’envoie les bouquins pour que tu donne ton avis… En même temps il faut vraiment se spécialiser, sinon tu reçois tous les numéros de chasse, pêche et tradition, ou broderie magazine… Ce qui est sympa, mais un peu moins tout de même.

  5. On peut jouer tout seul?

  6. Il va falloir que je mette la main sur la série en fait ça remonte à super loin…
    Et aussi que je mette la main sur l’écran parce que je ne sais pas ou le trouver…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :