Lanfeust de Troy

Compte rendu du sulfureux scénario Le temple du mâle élémentaire du Jdr Lanfeust.

A la demande de Stéphane “Alias” Gallay, un des bloggeurs les plus célèbres que je connaisse (encore un Stéphane mais c’est bien connu c’est les Stéphanes les meilleurs),  Kerlaft le Roliste cède à la sombre et incongrue tentation de faire un compte rendu de sa sulfureuse dernière partie de jeux de rôles : Lanfeust de Troy, partie qui tenait plus des bandes dessinées de Kran le barbare que des bandes dessinées de Lanfeust.

Mais d’abord un petit récapitulatif des circonstances originales qui m’ont conduites à maîtriser une partie de jeux de rôles aussi osée à de parfaits inconnus.

Cette partie à eu lieu vendredi 14 juin. Alors que tout semblait perdu, un créneau pour une partie de jeu de rôle s’est miraculeusement ouvert (merci à ma chère et tendre).

Le problème avec les disponibilités de dernières minutes, c’est que plus personne n’est disponible. Toutes mes tables de jeu habituelles étaient complètes, pour conjurer le sort, j’ai pondu un article sur un mode d’emploi pour ne pas rester en rade lorsque l’on cherche une partie en dernière minute.

Du coup, c’est la solution 3 qui a porté ses fruits : Le club ou l’association

J’ai donc testé ce soir là l’association Plan B. D’une efficacité remarquable, l’association du célèbre magasin Trollune m’as trouvé un groupe de joueurs dont certains oh bonheur suprême avaient presque mon ancienneté roliste.

Afin de dépanner un de nos joueurs, nous avons convenu de jouer chez l’habitant. Entre la séance déplacement, le pizza hut, la crème glacée haggen dazz (merci de ne rien dire à mon diet) et la mise en commun nostalgique de nos souvenirs rôlistes l’heure était bien avancée.
Dans cette ambiance de franche rigolade, il a été convenu que je maîtrise un bon lanfeust bien fendard.

Lanfeust de Troy - Jeu de rôle

J’ai choisi le Temple du mâle élémentaire.

Désolé par avance pour les spoilers, c’est un scénario officiel du livre que j’ai dû édulcorer afin de rentrer avant le couvre feu imposé le marteau 100 tonnes Nicky Larson de ma dulcinée.

Distribution des prétirés et hop direction la colline des 100 temples non sans une introduction façon cinématique qui donnait une bonne raison au personnage de se retrouver là.

colline des cent temples

Tout commence donc par un rêve commun récurrent de nos aventuriers leur demandant de se rendre dans cette contrée accompagnés et financés par un érudit d’Eckmül pour y sauver une belle dame et découvrir le secret de ce rêve collectif.

Obsédés par ce rêve nos héros se rendent sur place et campent à l’entrée de la colline.

Ils se réveillent et tous ont fait le même rêve ( même celui qui était censé faire son tour de garde ) ils ont vu en rêve une nécropole et doivent y sauver une plantureuse pin up d’une triste malédiction.

temple du MALE

L’équipe de choc comprends : le masque de la nuit, une justicière masquée de la propreté joué par Père Noël : partout où il passe la saleté trépasse, elle ne quitte jamais son balai.
Nous avons aussi l’Harmonieux un cleptomane compulsif joué par Kuraï tenshi, Cleodine cambrioleuse assassin aguerrie jouée par Percolator et enfin le Troll Issime un troll fou à lier aux multiples personnalités joué par notre hôte Lionel.

Se sentant observé, nos héros commencent à explorer la colline. Ils découvrent rapidement l’entrée de la nécropole de leurs rêves. Sauf que dans le rêve, il n’y avait pas ces quatre féroces gardes à l’accent campagnard.
Après avoir été impoliment sommés de quitter les lieux, un violent combat à lieu, surtout violent pour les gardes : un a dansé la poulka magique avant de se faire encastrer dans le mur par la tête arrachée et projetée par un coup de massue troll, un autre a vu sa tête et son corps broyés jusqu’au sol par un coup de massue le faisant ressembler à une araignée à 4 pattes et enfin un dernier à tardé à rendre l’âme un couteau entre les omoplates.

L’entrée dégagée, ils traversent le hall du désir convoité. Les restes de coffrets d’onguents éventrés et vermoulus laissent penser que ce lieu servait de préliminaire aux visiteurs en vue des plaisirs du temple. Une torche est allumée est confiée au sage avide de découvrir plus avant ces anciennes coutumes originales.

Un petit escalier fait face à une grande cloison sculptée de bas relief représentants des ébats de naïades. Ces fresques suscitent bien sûr un intérêt purement professionnel chez le sage qui caresse et commente chaque trait de la fresques un filet de bave incontrôlé au lèvres.
Au centre de la fresque un bas relief représentant une femme à 3 têtes enfant, adulte et plus âgée. Dessous on peux lire : « Celle qui du mâle prolonge la vie, donne la voie ».

bas relief temple

Bien évidement, mes descriptions imagées donnent le tournis aux joueurs dont les personnages toujours aussi professionnellement que notre bavant sage auscultent les formes générales du bas relief caressant le secret désir d’y trouver un passage. Ils passent à côté d’un mécanisme car un des personnages qui avait certainement oublié ses lunettes se trompe de formes et se mange une baffe pour avoir palpé le popotin d’une des aventuriers penchée sur la sculpture.

Deux couloir latéraux contournant la fresque se perdent dans l’obscurité. Au bout d’un moment nos aventuriers à force de se cogner dans le noir reviennent chercher de force le sage porteur de la torche toujours a étudier la fresque une bosse incongrue sous sa robe de bure.

Les couloirs sont symétriques et se rejoignent sur un autre couloir perpendiculaire qui donne lui même à ses opposés vers des escaliers ( je sais ça fait formule de math mais le plan d’origine est foireux et je n’ai pas pensé à imprimer le bon correctif)

Le passage vers les escaliers s’est révélé piégé avec un trappe. Habilement repérée et esquivée par le troll, le cleptomane et l assassin, nos trop compères se délècterent d’y voir chuter la maniaque du balais et le sage trop abîmés dans la contemplation d’une autre fresque murale encore plus captivante que la précédente.
Préférant visiter ce niveau en entier avant de passer au suivant, nos héros rebroussent chemin et au detour d’un dernier passage situé entre les deux escaliers, une douce mélopée provenant d’un puit envoûte la moitié de nos champions qui de jettent dans le puit suivis du reste de la troupe par une échelle murale tentant de les secourir.
Ils sont se retrouvent sur un enorme tas d’os De l’ombre, sortent les sources des voix envoûtantes, des silhouettes dévêtues charmantes au premier abord mais se révélant vite assez horrible a regarder de plus près : une douzaine d’amazombes aux dents aussi longues que leur vêtements étaient courts.
Ceux qui étaient restés sourds à leur charmes se mettent à tenter de calmer les ardeurs de cette horde de zombies femelle par des arguments tantôt tranchants tantôt assommant leur faisant perdre la tête au sens littéral.

Le charme rompu le groupe retrouve son intégrité. Les trésors decouverts sous la montagne d’os sont répartis selon une équité toute particulière aux voleurs : 4 potions partagées, l’or et les bijoux n’ont bien sûr pas été mentionnés.

Le combat précédent ayant laissé nos héros assez abîmés, les potions sont distribuées dont l’espoir que certaines soient des potions de soin.

Par chance, trois d’entres elles s’avèrent être des liquides revigorant. La quatrième par contre, plus problématique, s’est trouvé être un très puissant philtre d’amour.
Le hasard à voulu que ce soit le troll qui l’a bue et est tombé follement de la justicière.

La justicière à partir de ce moment là de la partie a eu tout le mal du monde à conserver sa virginité.

Les aventuriers rebroussent chemin et choisissent les escaliers évoqué précédemment.

Ils découvrent un pentacle entouré de statues présentant dans leur mains. Une perle présentée par une des statues laisse présager que d’autres perles manquent pour déclencher le mécanisme.

Le temps manquant dû à mon « couvre-feu », à notre début tardif de partie et à l’excellent roleplay des joueurs hors pair avec qui j’ai eu le plaisir de jouer m’ont forcé à raccourcir le scénario original.

Un retour à la statue à trois têtes doublé d’une inspection rigoureuse révèle un passage secret lorsque l’on introduit dans la bouche de la femme du milieu.

Le passage donne dans une pièce secrète dans laquelle le groupe découvre les perles manquantes.

De retour au pentacle, les perles placées, les vaillants aventuriers de retrouvent instantanément téléportés dans une énorme salle circulaire avec au milieu une gigantesque fontaine tarie couverte de mousse glissante.

Au sommet de la fontaine, un bâton étincelant surmonté d’un impressionnant gland d’or est immédiatement reconnu par le sage comme étant le légendaire Septre du Mâle Élémentaire.

A ce moment, une centaine d’amazombes s’animent et tentent de devorer l’équipe. Comme si cela ne suffisait pas, une immonde créature géante ressemblant à un troll putréfié sort également de l’ombre détruisant tout sur leur passage.

Ils n’en faut pas plus à nos valeureux héros pour tenter d’échapper au carnage en escaladant la fontaine.

L’escalade est épique, les crocs des créatures sur les talons, les montes-en-l’air progressent rapidement suivis du troll portant sous le bras sa dulcinée.

Arrivés en haut après plusieurs chutes et morsures. La cambrioleuse assassin attrape le Septre à gland fabuleux mais l’artefact ne réagit pas. Le sage lui crie alors que seul un mâle peut activer son terrible pouvoir. Tentant de passer le Septre au troll, un malencontreux concours de fumble fait pivoter celui-ci qui porte toujours sous le bras sa fiancé. Si bien que le bâton est réceptionné par le fondement de la demoiselle dans l’hilarité générale.

Le troll récupère le gland dans un terrible bruit de succion. Il se retrouve instantanément investi du pouvoir fabuleux de commander aux sexe féminin.

Il ordonne aux amazombes de s’attaquer au nécrotroll, puis de se devorer entre elles.

Il s’amuse encore quelques instants à taquiner les femmes du groupe. Puis commence à être victime de la malédiction du gland d’or : une agressivité sans borne.

Avant d’occire ses camarades, un dernier élan de résistance lui permet de briser le Septre, et par la même de libérer la nécropole de sa malédiction séculaire.

L’esprit de leur rêve est enfin libéré, le temple s’effondre et nos aventuriers se retrouvent téléportés à l’extérieur sur une montagne de trésors.

Fin …?

Ce fut une partie des plus drôles et les allusions, jeux de mots et fous rires on ponctués ce jeu de rôle du début à la fin.

Je penses que les joueurs ont passés un aussi bon moment que moi.

Merci encore pour votre accueil et pour cette extraordinaire soirée qui restera dans les anales annales.

On remet ça quand vous voulez les gars!

Publicités
Catégories : Lanfeust de Troy, Mes parties de Jeux de Rôles | Étiquettes : , , , , | 12 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :