Partie jeu de role Rogue Trader du 14 mai 2013 Compte Rendu

Comme promis voici le compte rendu écrit par les autoplumes d’Ikaruga et Searince

Rogue Trader I La cargaison

Suite au sauvetage épique et mémorable du Débonnaire, de son équipage, de sa cargaison, et de son haut dignitaire Eldar, les membres d’équipage du vaisseau l’Anarchiste, sont devenus les chouchous des média. Le magazine “Voici la Galaxie” a reçu pour vous, en exclusivité, Tessa, Archimilitante sur le vaisseau, et Keira, Sénéchale et commandant en second de l’Anarchiste. Elles reviennent pour vous, en exclusivité, sur les détails de cette mission.

Journaliste VLG

VLG : Keira, Tessa, bonjour

Keira : Bonjour !

Tessa : Bonjour !

VLG : Merci à vous deux de nous accorder cette interview, j’imagine que vous devez être très sollicités, actuellement.

K : Oui, oh, un peu, vous savez, les affaires, c’est toujours prenant, surtout par les temps qui courent, néanmoins c’est toujours un plaisir de faire partager un bout de notre quotidien, et tout ce caractère épique qui pimente nos vie !

T :Tout à fait ! C’est pas comme si on avait le temps de traîner dans les bars ou de faire les boutiques. Mais parce que c’est vous, on veut bien vous accorder un peu de notre temps !

VLG : Commençons par le commencement, comme on dit ! (rires) Expliquez-nous comment l’Anarchiste a été embarqué dans cette histoire folle.

 Vaisseau Rogue Trader L'anarchiste

K : Ça a commencé de la manière la plus simple du monde à vrai dire. Nous avions une cargaison à livrer sur Lucine Expirae, un monde forge. Vous avez peut-être eu vent des combats qui font rage sur Burnscour. Hé bien comme d’habitude, la guerre n’est pas un drame pour tout le monde ! (sourire)

Lucine Expiriae

T : C’est sûr que dès qu’une guerre éclate, les mondes forges sont rarement les plus à plaindre ! Mais dès le début, je sentais que les choses avaient mal tourné : on parlait de vaisseaux en partance pour Burnscour qui ne seraient jamais arrivés et perdus corps et biens depuis, d’une race Xénos si puissante qu’il était prévu que les Space Marines aillent leur prêter main forte … Que des rumeurs, bien sûr, mais c’était préoccupant…

Grabuge sur Burnscour

K : On en a profité pour éviter de repartir à cale vide. Enfin, ça c’était surtout une lubie du Capitaine, Eric CavhErn – de vous à moi, il y a des noms de famille pas simples à porter, quand même. Moi, quand on nous a parlé du grabuge sur Burnscour, je n’ai eu qu’une envie, c’était de remonter immédiatement à bord du vaisseau ! Enfin bon, le Capitaine a toujours raison il parait, mais j’admets ma frustration à ne pas repartir de suite ! Et pendant que nous on bossait, cette petite coquine de Tessa en a profité pour arpenter les bars du spatioport (clin d’oeil vers Tessa) mais je vais me faire une joie de lui laisser vous en parler ! (rires)

Bars et boutiques du spacioport

T : Oui oh ça va, hein ! Tout ça parce que j’essayais d’avoir plus d’informations auprès des libres-marchands de passage dans le coin, je me fais traiter d’allumeuse ! Et je vous raconte pas sur quoi je suis tombée, ça vaut mieux … Attends qu’on parle de ton Eldar, toi …

Séraphin par contre, notre contact à qui on a livré notre cargaison, était plutôt pas mal, aussi bien physiquement que bancairement, mais trop marié et dragueur à mon goût …

K : Si vous n’avez pas compris elle cherche un mari, si vous êtes mignon et bien charpenté, transmettez votre CV avec photo à la rédaction, qui nous fera suivre !

T : Et au passage, si vous êtes efféminé, si vous faites 50 kg tout mouillé et que vous passez deux heures dans la salle de bains à vous mettre de la crème anti-rides et trois pots de gel, faites passer votre CV à Keira ! Huhu !

K : Oui bah au moins c’est swag et plus agréable à regarder. Bon, pour en revenir à ce qui nous intéresse, en revenant vers le vaisseau nous croisons le désormais regretté Capitaine Ivof, feu le Capitaine du Débonnaire… Une marchand bien sympathique, avec toujours une longueur d’avance sur nous, je n’ai jamais compris comment il se débrouillait, le scélérat…

Feu Capitaine Boris IVOF frere de Vladimir Le second

T : Sauf que cette fois-ci, ça ne va pas lui réussir … Mais on y reviendra.

VLG : Le lendemain vous quittez donc Lucine Expirae en direction de Burnscour. Que s’est-il passé ensuite ?

K : Au début tout allait bien, notre Navigator nous a emmené dans le warp tout ce qu’il y a de plus classique, bien qu’il eût passé une nuit affreuse, à l’entendre. Liberty aussi était mal à l’aise… Ah oui, Liberty c’est l’IA de l’Anarchiste, un peu particulière, elle se matérialise sous forme d’une petite fille, c’est un peu déroutant les premières fois… Je ne suis pas trop à l’aise avec elle, en revanche Tessa beaucoup plus ! Et donc, pour Liberty et le Navigator, il y avait des perturbations inhabituelles et peu naturelles dans le Warp. Enfin encore plus que d’habitude quoi.

Liberty

T : On ne peut pas dire que Liberty ait habituellement un comportement “normal”, mais là, elle commençait à sérieusement m’inquiéter ! Elle racontait avoir été attaquée dans le Warp par une créature démoniaque, la pauvre enfant semblait terrifiée ! Et il lui en faut ! Là-dessus, notre champ de Geller nous fait défaut, nous obligeant à sortir du Warp précipitamment sous peine de nous faire dévorer par cette même horreur qui pétrifia Liberty et mit KO notre Navigator au passage… On sort donc du Warp sans savoir où, et surtout sans savoir quand …

K : Ensuite tout s’est un peu enchaîné. L’Astropathe a capté un signal de détresse très violent, du coup on a envoyé en reconnaissance un escadron de trois chasseurs, dont un piloté par le Pilote, Carl. Il nous signale effectivement la présence d’un vaisseau marchand en train de subir une attaque, mais on ne voit pas d’où viennent les attaques. En se rapprochant, il s’avère qu’il s’agit du Débonnaire, et l’équipage lance des appels à l’aide désespérés, ils nous supplient de les sauver, de venir récupérer leur cargaison. Liberty en remet une couche, elle nous dit qu’il faut qu’on ramène un homme et une caisse. La batterie canon du Débonnaire est morte, ils se font canarder par des ennemis invisibles… Bref, à nous de jouer.

Attaque du Debonnaire

T : On envoie trois de nos chasseurs en reconnaissance afin d’en savoir plus, avec en lead notre valeureux Carl. Il nous rapporte que les chasseurs du Débonnaire se font abattre les un après les autres par des tirs semblant venir de nulle part … Un des nôtres se fait également descendre. Afin d’éviter plus de pertes inutiles, nous décidons de ne pas envoyer d’autres appareils et de rapprocher notre vaisseau afin de couvrir nos amis à l’aide de nos tourelles. Mais trop tard, tous les chasseurs alliés s’étaient faits descendre…

K : Liberty nous parle de corbeaux, on ne comprenait rien, et puis sur un coup de chance, on arrive à avoir une image radar suffisamment longtemps de ces fameux vaisseaux invisibles. Ils ressemblaient effectivement à des corbeaux ! Ils en avaient la fluidité, la finesse… Un tel niveau de technologie ne pouvait être maîtrisé que par les Eldars.

Vaisseau Eldar

T : Pendant ce temps, le Débonnaire étant à deux doigts d’exploser, ils nous envoient des navettes de transport avec leur équipage afin qu’on leur porte secours. Ceux-là, on ne les laissera pas crever ! Comme on ne peut pas les détecter, on fait un tir de barrage tout autour des navettes dans l’espoir d’en dézinguer un ou deux par un tir chanceux, au pire leur interdire d’approcher les navettes. Malgré nos efforts, quelques navettes ne sont jamais arrivées à destination.

K : Néanmoins, nous avons pu également sauver une bonne partie de l’équipage. Il a fallu se serrer un peu, mais au moins ces gens étaient en vie, et n’ont pas connu le sort d’Ivof, et des braves tombés avec lui ce jour-là.

T : Ah, au détour d’une conversation avec le Débonnaire, nous apprenons qu’un mois s’est écoulé depuis notre départ de Lucine Expirae…

K : Comme quoi on est vraiment sorti du Warp n’importe comment. Mais en vie, et honnêtement c’est tout ce qui compte.

Sortie du Warp

T : Une fois les survivants récupérés, il était temps d’aller chercher cette cargaison ! Keira, le Capitaine, un groupe de soldats aguerris et moi-même montons dans une navette de transport, pendant que notre pilote nous escorte dans un chasseur. Ça a été l’occase pour moi d’abattre une poignée de chasseurs ennemis avec un peu de chance, certes, mais beaucoup de maîtrise avant tout !

K : Tessa, toujours toute en modestie !

T : Notre pilote n’a pas eu tant de chance et son vaisseau a subi de lourds dégâts, l’obligeant à se poser en catastrophe à l’intérieur du Débonnaire. D’après ses communications, il a été attaqué et, quelques secondes plus tard, plus aucun contact. Et là on s’est tous dit “c’est pas bon du tout”.

Une fois posés sur le vaisseau et nous être assurés que Carl, bien qu’inconscient, allait bien, nous nous divisons en deux groupes : le capitaine, Keira, et un groupe d’hommes de main se dirige à la cabine de pilotage pour sauver le capitaine Ivof et la cargaison. Le reste des hommes et moi-même nous occuperons de neutraliser les renforts ennemis avant qu’ils n’arrivent sur le pont pour que nos amis ne se retrouvent pas pris en tenailles. Certains de mes hommes périrent sous les coups ennemis, mais la situation fut maîtrisée en quelques minutes.

L'heroique Boris IVOF

K : De notre côté nous nous précipitons dans les coursives, vu la situation ce n’était pas vraiment le moment de traîner. En arrivant dans le couloir face au cockpit, on tombe sur plusieurs Eldars en train de monter une batterie mobile afin de bien enfoncer la porte – Ivof et le reste de l’équipage s’étaient retranchés derrière. On a profité de l’effet de surprise pour prendre les Eldars à revers. Des pirates, bien évidemment. Alors bon, moi, ça me fait toujours un peu mal au coeur de tirer sur les Eldars. Vous voyez, ils sont tellement… il y a tellement cette part de mystère en eux, je sais que l’Inquisition va moyennement apprécier mes propos, mais quand même… Enfin, là c’était une question de vie ou de mort, alors tu réfléchis pas trop. Bref, on maîtrise la situation, et on accède au cockpit… Entre temps Carl nous a rejoint, j’ai pas bien compris, il était en sale état, là il semblait péter la forme… On a du rater 2-3 trucs… Dans le cockpit la situation n’est pas très glorieuse. Nous trouvons Ivof plus ou moins mourant, qui nous demande de prendre sa cargaison, et un passager qu’il nous désigne, un bonhomme tout encapuchonné, on ne voyait pas sa tête, rien.  Je sais pas si vous avez déjà eu l’occasion de voir dans les livres des légendes anciennes des images de Nazgul, bon, ben il y ressemblait vaguement, avec sa cape  rabattue sur son visage et tout. On propose bien évidemment à Ivof de venir avec nous, mis celui-ci… Ivof refuse de venir avec nous. “C’est mon vaisseau, je ne le laisserai pas aux mains de ces pirates ! Je mourrai avec lui ! Vous partez, vite !” et là il enclenche le mécanisme d’autodestruction. Donc ben pareil, tu rélféchis pas, tu cours. Le passager mystère passe devant , nous permettant d’éviter des grenades qui nous étaient destinées, le souffle de l’explosion rabat sa capuche, et là, que vois-je… Un Eldar. Mes compagnons ont marqué un temps d’arrêt. J’ai crié “On réfléchit pas on court !”. Et on a couru. Cela dit, moi quand j’ai percuté qu’en plus de la cargaison, on emmenait aussi un Eldar avec nous, j’étais comme une dingue. Ca m’a donné des ailes pour transporter cette boîte très lourde, et regagner la navette le plus vite possible. On récupère la team menée par Tessa, et on remonte dans la navette fissa.

Eldar au combat

VLG : Vous regagnez donc la sécurité de l’Anarchiste, avec en plus cette caisse mystérieuse couverte de signes étranges, kabbalistiques, et un Eldar…

K : Surtout un Eldar ! Bon, je plaisante, la caisse était pas mal intrigante également. Liberty s’en est approché, elle nous a dit qu’elle était à la fois “attirée et repoussée”. Le Navigator et moi voulions l’ouvrir, mais le Capitaine nous en a dissuadé : pour lui, si Liberty disait qu’elle était repoussée, ce n’était pas bon. Et effectivement, il a été plutôt bien inspiré sur ce coup-là.

T : On pensait nos ennuis terminés, mais c’était trop beau ! Le vaisseau-mère Eldar se rapproche et commence à nous tirer dessus ! Le capitaine donne l’ordre de fuir mais les réparations du moteur Warp n’étaient pas encore terminées. Ni une ni deux, je saute sur les commandes de la macro-batterie et pilonne le vaisseau ennemi. La bienveillance de l’Empereur était avec moi car le vaisseau fut parcouru d’explosions et des morceaux commencèrent à se disloquer, l’obligeant à faire une manoeuvre de retraite. Le capitaine ordonne qu’on le poursuive, l’occasion rêvée de tirer à la Lance sidérale, qui ne manqua pas non plus sa cible et fit exploser cette racaille Xénos !

Vaisseau pirate eldar

K : Et là, franchement, je me suis dit “Trop la classe Tessa”. Tu sais, honnêtement parfois tu me bluffes, et là j’étais juste “mais wahou quoi”.

T : On détecte ensuite d’autres vaisseaux eldars venant récupérer l’épave de leurs collègues, pas le temps de s’éterniser ici !

Notre priorité est de déposer à bon port les réfugiés et éventuellement la cargaison d’armes prévue pour Burnscour.

Une fois le voyage commencé, nous commençons à poser des questions à notre invité mystère… qui s’avère être un ambassadeur Eldar ! Et à partir de là, vous auriez vu Keira… On aurait dit une adolescente à un concert de Justinius, pathétique !

Ambassadeur Eldar

K : J’aime les hommes de pouvoir, que veux-tu (rires). L’ambassadeur souhaite que nous l’escortions jusqu’à New Port-l’Errance pour qu’il y rencontre un certain Karl Cain et lui livre la mystérieuse cargaison… Il confirme nos soupçons sur le fait que les pirates étaient au courant de cette cargaison.

T : A ce moment-là, on pensait le plus gros de nos ennuis terminés, naïfs que nous étions…

Pendant le voyage, le Warp fait des siennes : toutes nos réserves de bouffe et d’eau se mettent à dauber ! Quasiment deux fois plus de bouches à nourrir et rien à manger et à boire … Une grande partie de l’équipage tombe malade ! Et Keira qui tombe dans le coma ! Mais malheureusement, même pas le temps de m’inquiéter…

Liberty fachée

Liberty est de plus en plus intriguée par le contenu du paquet à livrer, elle s’en approche et, comme hallucinée, dit “Papa ? Maman ?” et s’évanouit, emportant avec elle tous les instruments automatiques de navigation, obligeant le pilote à passer en commandes manuelles, qu’il n’a pas utilisées depuis plusieurs années et encore, pas en conditions extrêmes ! Comme si ça ne suffisait pas, notre vaisseau est pris dans une tempête Warp, nous obligeant à sortir au beau milieu de nulle part… A Chaudron, en plus ! A quelques parsecs du plus gros trou noir de la galaxie ! Un peu plus et on n’aurait plus jamais entendu parler de nous !

trou noir de chaudron

Sur les scanners, l’écho d’un autre vaisseau pas très loin de notre position : c’est le Redoutable, un vaisseau pirate ! Les félons connaissant notre réputation et notre férocité au combat, ils nous fournissent de l’eau et de la nourriture et nous promettent de retourner dans le droit chemin en l’échange de notre magnanimité. Sage décision !

VLG : Et ensuite ? Vous arrivez finalement à atteindre New Port l’Errance ?

port l errance

K : Finalement oui, j’ai pu être remise d’aplomb entretemps, bref, après moultes péripéties, nous atteignons enfin notre destination… Qui n’est d’ailleurs pas du tout notre destination de départ, mais bon, ça va avec le package “libre-marchand”, il faut être capable de s’adapter ! Bref, on demande à ce qu’on nous envoie des prêtres expérimentés, histoire e nous évacuer cette caisse en causant le minimum de dégat. Après ce qui est arrivé à Liberty, pas question qu’aucun de nous n’y touche. O

T : On demande également à rencontrer la personne dont le nom figurait sur le sauf-conduit, Karl Cain, qui, nous l’apprendrons plus tard, n’est rien moins qu’un proche de l’Empereur, je pense qu’on aura fait pas mal dans le VIP sur cette mission.

K : En parallèle, à la radio, nous avons le Grand Légat de New Port l’Errance – on vous l’avait dit, qu’on faisait dans le VIP ! – qui nous somme de lui fournir la marchandise. Nous avons refusé, je pense qu’il l’a eu saumâtre et qu’on n’en a pas encore fini avec lui. Bref, le croiseur de Cain vient à notre rencontre, nous accoste, et là on voit une palanquée d’Ultramarines qui nous aborde… C’était au tour de Tessa d’être pathétique !

Grand Legat

T : Fais ta maline, quand on a vu les ultramarines s’agenouiller devant l’Eldar, t’es pas restée vraiment digne non plus !

Ultramarine Karl Cain

K : Oui bon ça va. Bref, des prêtres arrivent à la suite des Marines et commencent à embarquer la cargaison. Avant qu’ils ne partent, on leur demande s’ils peuvent faire quelque chose pour Liberty… Et là on la voit sortir de la boîte mystérieuse. Les prêtres recouvrent la boîte d’un voile puis l’évacuent. Avant que tout le monde ne parte, j’ai demandé à notre ambassadeur ce qu’il y avait dedans. Alors sans vouloir foutre la trouille aux gens qui nous lisent, hein, mais bon, apparemment il y aurait eu dedans un décodage partiel de la connaissance collective de la Ruche des Tyrannides. En gros, un artefact qui agit comme la Ruche, et qui permet d’appeler un grand nombre de Tyrannide en un même lieu. Alors encore un fois hein, c’est pas pour alimenter la psychose collective, mais si, entre de bonnes mains, ça permet d’en tuer plein en un temps record, en de mauvaises mains ça permet aussi de les concentrer en un même endroit et de lancer une attaque destructrice, ou faire de la dissuasion militaire en utilisant cette “arme” de destruction massive. Bref, des trucs un peu politiquement rigolos quoi !

3888-explosion-de-planete-loca-infernous-WallFizz

VLG : Ah euh, mais… je ne vais peut-être pas faire publier ce dernier point, non ? Vous en pensez quoi ?

K : On pense que c’est effectivement le plus sage, oui.

T : Merci en tout cas pour votre accueil ! C’était un plaisir, on recommence quand vous voulez !

 

Fin du premier épisode, la prochaines fois : La course

Rogue Trader II La course

Advertisements
Catégories : jeux de rôles, Mes parties de Jeux de Rôles, Rogue Trader | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :